Dieu aurait-il créer des commandements juste pour le plaisir de nous voir y obéir ?

Vous voulez savoir le pire truc que j’ai fait par amour ? Désolé, mais je ne vous le dirai pas ! Je tiens à mon intimité.


Il y a quelque chose par contre que ma femme fait par amour : j’aime beaucoup dormir le samedi matin, mais depuis que j’ai un enfant, les grasses matinées ne sont plus qu’un concept assez rare. Alors si ma femme veut me faire plaisir, elle se lève à 6h30 du matin, s’occupe de la petite et me laisse faire une grasse matinée.


Et là, si j’étais un mec vraiment sympa, je suis censé rendre la pareille à ma femme : samedi prochain, c’est moi qui me lève, c’est moi qui m’occupe de ma fille afin que ma femme puisse dormir. Mais non, MOI, j’AIME DORMIR.



Je crois sentir une forme de jugement alors que vous lisez ces quelques lignes… Me trouveriez-vous fainéant, flemmard et dur avec ma femme ? Je ne fais qu'obéir à Dieu ! Je vous promets ! Ce n’est pas moi qui le dit, c’est la Bible ! D’accord, je prends quelques largesses, la Bible ne dit pas « Nathanaël, tu dois dormir tous les samedis matin jusqu’à 13h, euh 9h pardon ! »



C’est plutôt écrit comme ça :

Mais le septième jour est le jour du repos de l'Eternel, ton Dieu : tu ne feras aucun ouvrage, ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante, ni ton bétail, ni l'étranger qui est dans tes portes. Car en six jours l'Eternel a fait les cieux, la terre et la mer, et tout ce qui y est contenu, et il s'est reposé le septième jour : c'est pourquoi l'Eternel a béni le jour du repos et l'a sanctifié. Exode 20


Techniquement, le samedi, c’est le 7ème et dernier jour de la semaine. Donc je veux respecter ce commandement : je ne fais rien le samedi => Grace matinée !

Etrangement, quand je sors cet argument à ma femme, je n’ai pas l’impression qu’elle a des petits papillons dans le cœur, elle ne le prend pas comme une déclaration d’amour et semble avoir un certain mépris pour mon utilisation “douteuse” de la Bible...



J’ai un dilemme :

  • Soit je me repose le 7ème jour et je respecte ce commandement:

  • Soit je me lève MÊME le samedi pour passer un temps de qualité avec ma femme et ma fille mais j’ai l’impression de désobéir à Dieu. Mais si je continue ma lecture, je tombe également sur ce verset : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même » Lévitique 19

Mais si mon prochain c’est ma femme et que je l’aime, je ne devrais pas tout faire pour essayer de la rendre heureuse ? Y compris me lever le samedi matin ? Mais en même temps, Dieu ordonne de se reposer le 7ème jour !


Me voilà coincé ! J’ai un dilemme éthique.



Par une situation très concrète, de façon simpliste et ironique, je viens de vous démontrer que l'application « sans réflexion » de ce que nous enseigne la Bible peut poser des difficultés…



D’ailleurs personnellement, je suis quelqu’un qui déteste faire les choses juste parce qu’on lui demande de les faire… Je suis tellement têtu, que je suis capable de faire exactement l’inverse de ce que tu me demandes si je n’ai pas compris le principe ! Je suis le genre de personne à être presque frustré de recevoir autant d’ordres d’un GPS !

J’ai besoin d’une vision et d’un but ! J’ai besoin de comprendre !



Tu veux que ta vie et tes choix soient conformes à ce que Dieu veut et à la Bible ? Ne vous est-t-il jamais arrivé d’avoir un cas de conscience sur ce que vous devriez, faire, dire ou penser dans telle ou telle situation ?


o Puis-je/Dois-je me marier avec lui ?

o Si je suis chrétien, est-ce que je peux faire n’importe quel métier ?

o Que devrait penser un chrétien vis-à-vis d’une question éthique/politique complexe ?

o Que faire dans une situation où la décision ne semble pas si évidente ?


Allez, entre nous, avouons-le, combien de fois dans notre vie, nous nous sommes dit : « Dieu, qu’est-ce que je dois faire dans cette situation ? Je suis perdu ! Tes centaines de commandements ne m’aident franchement pas ! Et en plus, je ne les connais même pas tous, certains ont l’air absurde aujourd’hui : l’interdiction de manger des fruits de mer, l’interdiction d’avoir des habits tissés de deux espèces de fils différents, bref… »


Allez, je vais peut-être dire quelque chose qui va vous surprendre, je pose une question toute bête… Et si Dieu voulait plus que nous voir respecter toutes ces règles ? Et si les règles n’étaient pas le meilleur guide, la meilleure boussole pour gérer ma vie et prendre mes décisions ?



Et si les règles n'étaient pas le but ? Et si Dieu n’avait jamais envisagé les 10 commandements comme un but ou une finalité ?



Si nous considérons les règles et les commandements de Dieu, cela revient à voir Dieu comme un maniaque de l’autorité qui prendrait plaisir à nous voir obéir à des règles, aussi stupides soient-elles : “Habille-toi en vert !” “Pourquoi ?” “Parce que j’aime quand tu m’obéis !” - Je ne suis pas psychologue, mais n’importe quel être humain qui aurait juste un malin plaisir à voir les autres obéir sans raison spécifique aurait probablement besoin d’un suivi et d’une thérapie...


Je me demande même si ce qui intéresse vraiment Dieu, ce sont les règles… Par hasard, est-ce que ce qui devrait nous intéresser et nous passionner, ça ne devrait pas être autre chose que les règles … ? Et si être chrétien ce n’était pas être focus sur les centaines de commandements de Dieu ?


Et si les règles, on s’en tapait profondément ? Je crois même que Dieu est prêt à transgresser ses propres règles, si nécessaire !


Par moment, je suis agacé et fatigué des règles qui peuvent sembler dénuées de sens ! Vous me prenez pour un rebelle de service ? Et si Dieu était aussi rebelle parfois envers ses propres règles ?



Je me permets d’affirmer que Dieu lui-même est prêt à transgresser ses propres règles, si nécessaire !


1. Jésus transgresse un commandement


Dans les dix commandements, Dieu nous ordonne de nous reposer le 7ème jour. A l’époque de Jésus, les responsables religieux appelaient ce jour, le jour du sabbat. Et ce jour-là, un « bon chrétien » (historiquement parlant, nous devrions plutôt parler de juif) ne devait rien faire ! Ne pas travailler, ne pas faire le moindre effort, bref ! Rien du tout !


Jésus est dans ce contexte là et voilà ce qui se passe :

“Un jour de sabbat, Jésus traversait des champs de blé. Ses disciples cueillaient des épis et, après les avoir frottés dans leurs mains, en mangeaient les grains. Des pharisiens dirent : pourquoi faites-vous ce qui est interdit le jour du sabbat ?” Luc 6


Les disciples ont faim, mais c’est le jour du sabbat, il ne faut rien faire ! Quelle serait la bonne décision à prendre ? Travailler le jour du sabbat ? Ou avoir faim ?


Mais que va faire Jésus ? Si Jésus, fils de Dieu, ne respecte pas les 10 commandement, il n’y a plus aucune crédibilité...


Et pourtant Jésus va répondre :


N'avez-vous pas lu ce qu'a fait David lorsque lui et ses compagnons eurent faim ? 4 Il est entré dans le sanctuaire de Dieu, a pris les pains exposés devant Dieu et en a mangé, puis il en a donné à ses hommes, alors que seuls les prêtres ont le droit d'en manger. 5 Et il ajouta : Le Fils de l'homme est maître du sabbat” Luc 6


Jésus ne semble pas du tout préoccupé par le respect strict de la règle. Il la soumet au bon sens, à la réflexion, à l’intelligence. Après tout, s’il a créé lui-même le sabbat, ne peut-il pas se permettre quelques largesses ? Jésus va plus loin, il affirme être le maître du sabbat : « Ta règle, c’est sympa. Mais c’est moi le boss ! J’ai créé la règle, je connais l’esprit de la règle, je gère »


C’est un véritable pied de nez que Jésus fait aux pharisiens de l’époque ! Dieu incarné ne respecte pas les dix commandements ! Pour l’époque, c’est un pur SCANDALE et la preuve pour certains que Jésus n’est pas Dieu !


Vous pensez que c’est une situation exceptionnelle ?


Mais non, Jésus récidive :

“Un autre jour de sabbat, Jésus entra dans la synagogue et commença à enseigner. Or, il y avait là un homme dont la main droite était paralysée. Les spécialistes de la Loi et les pharisiens surveillaient attentivement Jésus pour voir s'il ferait une guérison le jour du sabbat : ils espéraient ainsi trouver un motif d'accusation contre lui.” Luc 6


Et là, encore un moment de tension. Les religieux de l’époque attendaient que Jésus ne respecte pas un commandement pour dire : « Ah tu as vu, tu n’es pas Dieu, tu ne respectes même pas la loi que tu as écrite ! ». Mais bon, heureusement, ce type de situation n’arrive jamais aujourd’hui ! Personne ne suppose que tu n’es pas chrétien à cause d’une de tes actions ! #Oups



Et si on continue dans le passage, Jésus ne se dégonfle pas. Pire : son attitude frôle la provocation :


Mais Jésus, sachant ce qu'ils méditaient, dit à l'homme qui avait la main infirme : Lève-toi et tiens-toi là, au milieu ! L'homme se leva et se tint debout. Alors Jésus s'adressa aux autres : J'ai une question à vous poser : Est-il permis, le jour du sabbat, de faire du bien, ou de faire du mal ? Est-il permis de sauver une vie ou bien faut-il la laisser périr ? Il balaya alors l'assistance du regard, puis il dit à cet homme : Etends la main ! Ce qu'il fit. Et sa main fut guérie. Les spécialistes de la Loi et les pharisiens furent remplis de fureur et se mirent à discuter entre eux sur ce qu'ils pourraient entreprendre contre Jésus. Luc 6.8


“Jésus, mais quel rebelle tu es ! Respecte les Écritures, la Torah, les dix commandements STP, ne les interprète pas, ne réfléchis pas, OBEIS c’est tout ! Les commandements, c’est bon pour nous !”



Allez, avant de perdre tout le monde et de me faire passer au bûcher, remarquons que Jésus n’a pas dit que les règles étaient inutiles, c’est lui qui les a créées. Il paraît osé de dire que Dieu a créé des règles inutiles et stupides...


Mais à cet instant précis, il nous démontre que les règles et les commandements pointent vers quelque chose de plus grand !



D’après vous, l’homme est-il créé pour servir les règles, ou les règles pour servir l’homme ?


L’objectif ultime n’est pas de respecter des règles, il est ailleurs ! Obéir n’est pas une finalité. Obéir juste pour obéir, obéir par amour pour Dieu, obéir parce qu’on fait confiance à Dieu, obéir parce que la bible le dit, c’est bien (quoique, pas toujours) mais ce n’est sûrement pas suffisant !


Jésus vient transformer notre rapport aux règles et à la loi, le respect strict de la loi n’est plus objectif en soi, l’essentiel est ailleurs ! Le but pour nos vies, ce n’est pas de respecter des règles, c’est autre chose !


Le but d’un chrétien, ce n’est pas de respecter des règles, c’est autre chose !


Alors où est l’essentiel ? Quel devrait être mon objectif ? Quel devrait être mon but ?



2. Ce qui devrait guider nos choix…


Comment faire pour prendre les bonnes décisions ? Le samedi matin, je me lève pour être avec ma femme, oui ou non ?


Jésus est venu nous rappeler et nous montrer l’objectif ultime. On peut lire ça dans : Matthieu 22. Pour vivre une vie chrétienne épanouie et saine, il me semble que ce passage est tellement essentiel :


Jésus résume la loi, il la condense et en sort l’essentiel ! Il fait apparaître l’objectif derrière les règles :

Jésus lui répondit : Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, et de toute ta pensée. C'est le premier et le plus grand commandement. Et voici le second, qui lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même.


Si j’aime mon prochain comme moi-même, pour lui, comme pour moi, mon objectif est que nous soyons heureux et épanouis !



L’objectif de Dieu pour nos vies ?

Qu’on aime Dieu ! Qu’on aime les gens ! Qu’on aime la vie !



Voilà le tout, voilà l’essentiel. Non, Jésus n’a pas pour objectif que toi et moi, nous respections toutes les règles. Jésus a pour objectif que nous l'aimions, que nous aimions les gens, et que nous aimions la vie !


Pourquoi Jésus guérit-il le jour du Sabbat ? Parce que ce qui guide sa prise de décision, c’est son amour pour les gens ! Ce que je trouve incroyable dans cette histoire, c’est la perspective que Jésus fait naître entre la règle (le moyen) et l’objectif (la vision/le but) :

  • Les choix des pharisiens sont motivés par leur compréhension des règles des Écritures.

  • Les choix de Jésus sont motivés par son amour pour les gens.

Quel est le vrai débat ? Pour les pharisiens, il s’agit de savoir si je respecte ou non la règle. Pour Jésus, il s’agit de savoir si je fais du bien ou si je fais du mal, il s’agit de savoir si cette action sauve une vie ou si cela la condamne !



Est-ce que le principe du sabbat est profondément malsain ? Non ! On est tous d’accord pour dire que, sur le principe, y-a rien de mal à dormir le samedi matin ? Mais est-ce que c’est le meilleur moyen que j’ai d’aimer ma femme et ma fille en actes ? Le principe du sabbat est très sain : Dieu nous enseigne que nous reposer est bon ! D’ailleurs je le dis, j’en profite, Dieu nous ordonne quand même de nous reposer ! Si je ne le fais pas, il y a des chances que j’aime moins la vie n’est-ce pas ? Donc au bout du compte, c’est un commandement saint ? L’idée n’est pas stupide… Si je ne me repose jamais, ce n’est pas bon pour moi et ultimement, je désobéis même à Dieu ! (Ça c’est pour tous les hyperactifs qui courent partout comme moi !)


Il est clair que le but de Dieu pour nous, c’est que nous aimions la vie. Et un moyen pratique pour ça (entre autres) c’est de se reposer assez ! Ne mélangeons pas le but et les moyens !



Jésus est venu nous rappeler que les règles ne sont là que pour servir l’objectif ultime : Aime ton prochain… Ce qui devrait guider mes choix, c’est mon amour pour les gens qui m’entourent, pas les règles !


L’apôtre Paul illustre très bien ça :

“Ne restez redevables de rien à personne, sinon de vous aimer les uns les autres. Car celui qui aime l'autre a satisfait à toutes les exigences de la Loi. En effet, des commandements comme : Tu ne commettras pas d'adultère, tu ne commettras pas de meurtre, tu ne voleras pas, tu ne convoiteras pas, et tous les autres, se trouvent récapitulés en cette seule parole : Aime ton prochain comme toi-même. Celui qui aime ne cause aucun mal à son prochain. Aimer son prochain, c'est donc accomplir toute la Loi.” Romains 13



Toutes les règles, tous les commandements, tout ce que Jésus a fait, pointent vers une chose : l’amour que Dieu a envers nous !


Dieu nous aime et rêve de notre bonheur :

  • Pour ça, un bon moyen c’est d’éviter de tous s’entretuer

  • Pour ça, un bon moyen c’est de se reposer

  • Pour ça, Jésus a quand même choisi de guérir le jour du sabbat

  • Pour ça, Jésus a laissé ses disciples ramasser la nourriture dans le champs le jour du sabbat

Alors qu’est-ce qui devrait guider chacun de nos choix et nos positionnements éthiques ?


L’amour que nous portons pour les gens qui nous entourent ! Est-ce que ce choix de vie est une façon intentionnelle d’aimer les gens ? Entre nous, (ne le dites pas à ma femme), mais je crois que le samedi matin, je devrais faire le choix de me lever pour faire le petit déjeuner, passer un temps de qualité avec elle et prendre un moment avec ma fille que je vois peu la semaine.


Est-ce que ce choix professionnel, cette décision dans mon travail, est une preuve d’amour envers les gens qui m'entourent ? Est-ce que cette vision de la société cause du tort à mon prochain ? Est-ce que ce choix éthique, bioéthique est source de douleurs ou de bonheur ? Si une décision cause du tort à certaines personnes, je peux légitimement me demander si c’est une bonne décision… Les conséquences de mes choix importent bien plus que les choix en eux-mêmes.


Les règles énoncées dans la bible sont de bonnes bases de réflexions pour construire une éthique centrée sur l’amour de notre prochain, rien de plus, rien de moins.


65 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout