Suis-je dans une secte ?

Mis à jour : févr. 15

Qu’est-ce que vous vous imaginez quand vous pensez à une secte ? Vous imaginez-vous un gourou charismatique et machiavélique abusant sexuellement et financièrement de victimes aussi faibles que stupides au moyen de croyances farfelues ?

Un peu caricatural non ?


Et si cette caricature que nous avons d’une "secte" nous empêchait de nommer clairement le problème et donc de lutter contre ?


Vous êtes convaincu d’être dans des environnements totalement sains ? Potentiellement, c’est plus subtile que la caricature que nous avons en tête. Prenons le temps d’y réfléchir.


Alors, dans le fond, qu’est-ce qu’une secte ?


Commençons par dire qu’un état laïque supposé neutre sur les questions des croyances ne peut décréter une croyance comme farfelue. Une secte ne peut pas être définie par la nature de ces croyances, aussi farfelues soient-elles !

Ensuite, on parle généralement plutôt de "dérives sectaires". Puis si ces dérives font système, l’organisation pourrait être qualifié de "secte".


Parler de "dérives sectaire" plutôt que de "secte" permet de mettre en défaut plusieurs préjugés que nous avons sur le sujet :

1. Les comportements sectaires n’ont souvent pas pour origine une intention malveillante. Ce sont des "dérives", ceux qui s’y adonnent n’avaient pas nécessairement l’intention de nuire. Mais rappelons-nous : l’enfer est pavé de bonne intentions.


2. Ces dérives peuvent prendre place dans des contextes très variés : Églises, associations, entreprises, familles, coaching, etc. La dérive sectaire n’est donc pas une spécialité religieuse et peut être décelée et condamnée dans n’importe lequel de ces contextes. Justifier un comportement dans les Eglises en justifiant que l’on peut le retrouver dans beaucoup d’entreprises n’est donc pas un argument valide.


3. Le mot "dérive" permet de se rendre compte de la dynamique qui amène à des abus. Elle est le plus souvent un processus malsain qui lentement s’installe et progresse. Être coupable ou victime de dérive ne fait ni de vous quelqu’un de mauvais ni quelqu’un de stupide.


Pour détecter une dynamique de dérives sectaires nous vous proposons de nous baser sur 11 éléments donnés (non exhaustif) par la Mivilude (MIssion interministérielle de VIgilance et de LUtte contre les DErives Sectaires) que nous agrémenterons de questions pour vous aider à réfléchir. Un seul de ces éléments ne permet pas de qualifier une dérive sectaire mais doit toutefois vous pousser à la méfiance.


1. Adoption d’un langage propre au groupe

Êtes-vous souvent repris sur votre langage ou sur les mots que vous utilisez ?


2. Modification des habitudes alimentaires ou vestimentaires

Sentez-vous une pression sociale à vous conformer à une certaine apparence extérieure ?


3. Refus de soins ou arrêt des traitements médicaux régulièrement prescrits

Est-ce que certaines théologies sur la guérison divine peuvent provoquer plus ou moins volontairement à ce genre de conséquences ? Êtes-vous encouragé à des comportements qui mettent en danger votre santé sous prétexte "d’avoir la foi" ou de croire que "Dieu vous donnera la force" ?


4. Situation de rupture avec la famille ou le milieu social et professionnel

Êtes-vous encouragé explicitement ou poussé subtilement à faire de l’environnement de l’organisation votre seul et unique lieu de socialisation ? Êtes-vous incité à cacher certains détails de votre engagement religieux à votre famille et amis ? De façon implicite, arrivez-vous à un tel degré d’implication que vous vous êtes éloigné significativement de vos proches, amis et famille ?


5. Engagement exclusif pour le groupe

Est-ce qu’une implication active dans une autre organisation est mal vue ? Cela est-il une raison de mise à l’écart de positions de responsabilités ?


6. Soumission absolue, dévouement total aux dirigeants

Vous est-il demandé régulièrement d’avoir confiance dans vos dirigeants ? Faut-il leur faire confiance même si l’on ne comprend pas tout ou si l’on est en désaccord ? Peut-on leur dire non ou émettre un désaccord aisément ?


7. Perte d’esprit critique

Êtes vous découragé à remettre en question l’enseignement ? Est-ce que le débat d’idées et la contradiction sont possibles ? Vous sentez-vous libre d’exprimer vos opinions sans craindre pour votre place dans l’organisation ?


8. Réponse stéréotypée à toutes les interrogations existentielles

Est-ce qu’il y a une séries de petites phrases, expressions (ou versets) qu’il convient de répéter régulièrement et qu’il vaut mieux ne pas questionner ?


9. Embrigadement des enfants

Les enfants sont-il poussés à l’autonomie ou au contraire un attachement exclusif à la communauté ?


10. Existence d’atteintes à l’intégrité physique ou psychique

Estimez-vous que beaucoup de gens au sein de l’organisation subissent des souffrances au quotidien pour des causes directement lié au fonctionnement de l'organisation et/ou de son enseignement ? Ces souffrances ou leur lien avec l’organisation sont-elle systématiquement déniées ou négligées par les dirigeants ?


11. Manque de sommeil

Êtes-vous régulièrement privé de sommeil à cause de votre implication dans l’organisation ou de son enseignement ?


D’une manière générale, nous vous encourageons à consulter le site de la mivilude et à contacter les associations que vous y trouverez si vous avez des doutes.


Jésus et ses disciples ont mis en garde que l’Eglise serait utilisée pour faire du mal. Les Eglises ne peuvent donc pas s'estimer immunisées par principe de ces dérives.


Prendre conscience des dérives desquelles nous avons été victimes et auxquelles nous avons participé ne retirent rien du bien que nous avons pu recevoir et faire au sein de ces organisations. Cette prise de conscience ne doit pas nécessairement guider à un rejet en bloc mais plutôt à une remise en question des institutions qui ont permis ces dérives.


Pas une année ne passe sans que les Eglises soit secouées par des scandales d’abus en tout genre.

Serait-il possible que nos Eglises soient concernées plus qu’il n’y parait par des dérives sectaires ?

Peut-être serait-il temps de sortir de la simple condamnation des abus et se pourvoir d’institutions qui nous protègent de ces dérives durablement ?

Que pourrions-nous mettre en place dans les Eglises pour nous protéger des abus ?

139 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout