Un chrétien devrait-il être vegan ?

Mis à jour : févr. 15

On ne va pas vous mentir ! Ici à Mauvaises Fois on adore les animaux ! Alors si vous y rajoutez de la sauce ils deviennent irrésistibles.


Cela fait plusieurs années maintenant que le phénomène vegan monte partout dans le monde. Chacun de nous doit avoir dans son entourage au moins une personne qui a adopté ce mode de vie. Mais on ne sait jamais, peut être n’avez vous jamais entendu parler du mouvement vegan alors allons-y pour une petite description rapide.

QU’EST-CE DONC QUE LE VEGANISME ?

Les vegans s’opposent à toute exploitation animale, de fait ils boycottent tous les produits de consommation ayant impliqué dans leur production l’exploitation d’animaux. Cela ne concerne donc pas seulement la nourriture mais également les textiles, les cosmétiques et tout autre produit de consommation. Attention, ne sont pas seulement pris en compte les cas où les animaux sont tués mais tous les cas d’exploitation quels qu’ils soient. Il est donc important de différencier les végétariens (qui ne mangent pas de viandes), les végétaliens (qui ne consomment aucun produit issu des animaux comme le lait, les œufs, le miel) et les vegans donc. Ce style de vie est en général couplé d’une vision du monde antispéciste, c’est à dire qui ne fait pas de hiérarchie entre les espèces.


La montée de ce mouvement a vu monter avec elles ses détracteurs. Humoristes, youtubers, chroniqueurs et journalistes sont montés au créneau pour moquer ces nouveaux défenseurs des animaux.


Ici à Mauvaises Fois on aime bien les gens avec des convictions et encore plus ceux qui cherchent à vivre en cohérence avec ces dernières. MAIS, on aime aussi beaucoup la viande! Une fois passés nos premiers réflexes d’autodéfense face à de nouvelles idées qui bouleverseraient notre mode de vie il a fallu admettre que nous n’avions jamais pris le temps de réfléchir vraiment à l'interaction entre notre foi et nos rapports avec la vie animale.

QUE NOUS DIT LA BIBLE SUR LES ANIMAUX ?

Force est de constater que la Bible n’est pas très bavarde sur la question animale… à moins que nous ne considérerions l’homme simplement comme un autre animal ! Considérer l’homme comme un autre animal est plutôt inévitable si vous considérez la théorie de l’évolution comme la théorie scientifique la plus solide pour expliquer l’origine de la vie… et allons-y pour notre coming-out… Oui c’est notre cas !


Dans ce cadre la Bible parle des animaux, beaucoup ! Enfin, elle parle surtout d’une espèce en particulier parmi toutes les autres: les humains !

COMMENÇONS AU COMMENCEMENT

Le livre de la Genèse s’ouvre sur la création de la terre et de tout ce qu’elle renferme. Bien sûr nous n’avons pas une lecture littérale de beaucoup des récits de la Genèse (oups 2e coming-out, logique quand on y pense, vous nous aimez quand même?) mais via une interprétation allégorique ils transmettent tout de même une certaine vision du monde.

"Dieu dit : Faisons les humains à notre image, selon notre ressemblance, pour qu’ils dominent sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur le bétail, sur toute la terre et sur toutes les bestioles qui fourmillent sur la terre. Dieu créa les humains à son image : il les créa à l’image de Dieu ; homme et femme il les créa. Dieu les bénit ; Dieu leur dit : Soyez féconds, multipliez-vous, remplissez la terre et soumettez-la. Dominez sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel et sur tous les animaux qui fourmillent sur la terre. Dieu dit : Je vous donne toute herbe porteuse de semence sur toute la terre, et tout arbre fruitier porteur de semence ; ce sera votre nourriture." Genèse 1.26-29

Même s'il est un autre animal, l’homme est présenté comme étant à l’image de Dieu. Tout comme Dieu domine, lui aussi domine sur tout ce qui vit sur terre. Difficile par ailleurs de nier que l’homme domine sur cette planète aujourd'hui. On nous annonce d’ailleurs dans l’oreillette que Jésus confirme cette domination et même une supériorité en valeur entre les animaux lors de son sermon sur la montagne.

Cependant cette domination ne semble pas être une carte blanche pour disposer comme bon lui semble des dominés car il est très clair que Dieu leur donne comme nourriture exclusivement les végétaux.

PARLONS RAPIDEMENT DE LA CHUTE

Nous aurons un jour l’occasion d’approfondir notre lecture de la Genèse dans un autre article mais il est évident que les 11 premiers chapitres de Genèse racontent une chute de l’humanité. Avec une interprétation allégorique nous pouvons douter d’une réelle « Chute » historique où l’histoire de l’humanité aurait basculer du mauvais côté.


Mais nous pouvons lire ce récit de la chute comme une simple description de ce qui fait chuter l’homme, ce qui le rend laid et que nous devons laisser derrière nous pour progresser.


Si l'on prête attention aux éléments caractérisant cette chute, force est de constater que l’humanité au travers de son histoire n’a cessé de s’améliorer. Nous aurons l’occasion d’en reparler mais… Oui ! Nous croyons au progrès ! Et de 3 coming-out, vous êtes gâtés aujourd’hui. Espérons que vous étiez prêts !

ET DE LA VIANDE ILS MANGÈRENT

Saviez-vous que la première alliance que Dieu fait dans la Bible est faites également avec les animaux ?

Après le déluge, auquel nous accordons peu de crédit historique (et de 4, ont est chauds maintenant, the sky is the limit !), Dieu se souvient de Noé et des animaux sur l’arche et leur fait toucher terre. Alors Dieu fait une alliance avec les hommes et les animaux leur promettant par le signe de l’arc-en-ciel de ne plus jamais provoquer un tel désastre.


Les animaux auraient pu apprécier pleinement la nouvelle s'il n’avaient pas appris juste avant que désormais les hommes avaient le droit de les manger! Cependant cette autorisation semble être donnée avec une mise en garde que les animaux pourraient à l’occasion nous manger également ! Ce qui laisse les perspectives grande ouverte pour les lions, un peu moins pour les moutons. On a vu plus égalitaire mais en langage philosophique c’est ce qu’on appelle « La loi de la Jungle » !


Cependant il est intéressant de voir que Dieu semble dire qu’il tiendra pour responsable les animaux qui verseront le sang humain en raison qu’ils sont à l’image de Dieu. Cela explique peut être la disparition des T-REX (c’est une blague !).

ET DANS LE RESTE DE LA BIBLE?

Le livre de l’Exode dans lequel est institué le sabbat donne ce droit également aux animaux qui peuvent comme les humains souffler de leur vie de labeur un jour par semaine. Le Deutéronome demande à ce que le bœuf qui foule le grain ne porte pas de muselière afin qu'il puisse se nourrir. Ne trouvons-nous pas ici une préoccupation authentique de donner aux animaux des droits ?


Le livre des Nombres ira jusqu’à faire parler l’ânesse d’un prophète qui la maltraite pour lui reprocher les souffrances injustifiées qu’il lui fait subir. Le livre des Proverbes loue la sagesse de certains animaux.


Notons que les interdits alimentaires ne concernaient que la viandes. Si les exigences de consommation de la viande sont très strictes sous peine de se rendre “impurs” c’est open bar sur les légumes!


Le psaume 36 nous annonce que le SEIGNEUR sauve les humains et les bêtes.


Le livre de Jonas nous informe dans sa dernière phrase que la compassion qui retient Dieu de frapper Ninive n’est pas destinée qu’aux humains mais également au grand nombre d’animaux présents dans la ville.


Mais surtout et enfin, le livre d'Esaïe se finit sur la promesse d’une nouvelle terre, d’une nouvelle Jérusalem où la paix sera pleinement instaurée au sein de la création. Et ces nouveaux cieux marquent un retour à l’état du monde avant la chute.

« Le loup et l'agneau brouteront ensemble, le lion, comme le bœuf, mangera de la paille et le serpent aura la poussière pour nourriture. On ne commettra ni mal ni destruction sur toute ma montagne sainte, dit l’Éternel. » Esaïe 65.25

DES POINTS DE DIVERGENCE ?

Certains mentionnerons le fait que Jésus mangeait du poisson, ce qui n’est pas très vegan ! Certes ! Mais à l’époque de Jésus, adopter un style de vie vegan aurait simplement signifié signer son arrêt de mort ! Pourquoi ? Car c’est seulement aujourd’hui que nous avons accès à la grande variété de légumes, légumineuses et à la synthétisation de la vitamine B12 qui permettent de vivre ce style de vie sans mourir dans la folie. Vivre tel un vegan aurait nécessité que Jésus vive dans un miracle permanent durant ses 33 ans de vie. Et pourquoi pas ? Quand Jésus est emmené par le diable en haut du temple et que ce dernier l’encourage à se jeter dans le vide pour provoquer un miracle, il refuse. Jésus a simplement vécu comme les hommes de son temps, il marchait de longs jours pour se rendre d’une ville à l’autre. Cependant aujourd’hui rien ne nous empêche de prendre l’avion. Pourquoi ne pas être vegan non plus ?


Vous seriez peut-être tentés de citer les mots de Paul aux romains: "Tel a la foi pour manger de tout ; tel autre, qui est faible, ne mange que des légumes” mais à ce petit jeu nous pourrions vous citer quelques versets plus loin “Il est beau de ne pas manger de viande, de ne pas boire de vin”. Soyons sérieux dans notre utilisation de la Bible et contextualisons. Paul ne parle pas ici de viande en général mais des viandes sacrifiées aux idoles. Les questionnements autour de la consommation de ces viandes n’a rien à voir avec la question animale mais avec l'idolâtrie à laquelle les chrétiens ont peur d’avoir parti-pris en consommant de cette viandes (voir notre article “Un chrétien peut-il écouter “Highway to hell de AC/DC?”).


Peut-être que les nombreux sacrifices d’animaux dans la Bible montrent bien un Dieu qui n’est pas vegan. Mais au contraire les sacrifices d’animaux sont un drame, une conséquence du péché. Un choix déchirant pour Dieu où il décide de sacrifier une de ses créatures bien aimée afin de ne pas frapper une créature qu’il aime encore plus. Si les animaux n’avaient aucune valeur pour Dieu alors ces sacrifices n’aurait aucun sens.


Cependant ce point-là nous amène peut-être à un début de divergence entre le message biblique et le mouvement vegan : ce serait l'égalité de statut entre la lutte contre les souffrances animales et la lutte contre les souffrances humaine. Mais une divergence sur les priorités n’est qu’une semi-divergence non?


En réalité ce qui semble au final difficilement conciliable avec la vision biblique c’est l’antispécisme qui professe une égalité parfaite entre les espèces animales. Mais si l’antispécisme est un chemin qui mène nécessairement vers le veganisme cela ne veut pas dire que ce soit le seul.

QUE TA VOLONTÉ SOIT FAITE...

‭‭Quand les disciples de Jésus lui demandent comment ils doivent prier, Jésus leur répond que nous devons prier entre autres cette phrase:

« Que ta volonté soit faite… sur la terre comme au ciel »

Nous aurons l’occasion d’approfondir encore plus cette idée dans d’autres articles mais il paraît clair que notre espérance n’est pas celle d’un royaume vers lequel nous irons une fois morts, mais celle d’un royaume que nous voulons voir descendre sur terre ici et maintenant. Et dans ce royaume, il n’est pas si évident que se baffrer de bidoche soit au menu.


Alors nous qui voulons voir ce royaume à venir et qui sommes prêts à nous laisser renouveler dans notre intelligence afin de mieux discerner ce qui est bon, agréable et parfait... Ne devrions-nous pas nous laisser interpeller par ces mouvements vegan ? N’avons-nous pas un peu négligé les autres animaux dans notre vision du royaume de Dieu ?


Une des raisons principales de l’émergence des mouvements vegan aujourd’hui est certainement le grand progrès de la médecine, une meilleure compréhension de nos besoins alimentaires et surtout un accès inédit à une gamme extrêmement variée d’aliments. Avant les années 50 les végétaliens finissaient par mourir tout simplement! La souffrance animale était présente mais l’on pouvait justifier sa nécessité. Le peut-on encore aujourd’hui ?


A l’aide d’un simple complément en vitamine B12 et d’une meilleure compréhension de nos besoins nutritifs nous pourrions tout simplement éliminer l’exploitation animale dans le domaine de l’alimentation. Dans les cas qui provoquent de la souffrance pour les animaux, pourquoi ne pas tout simplement s’en priver ?


Si on demande à un enfant de torturer un animal tous les jours, nous sommes tous d’accord pour dire que ça ne l’aidera pas à devenir meilleur, bien au contraire. Il est même démontré que les actes de sadisme envers les animaux pratiqués par un enfants est un signe plutôt alarmant. Alors si la violence envers notre espèce ou les autres nous avilis et ne peut nous laisser indemnes ; et si nous pouvons, dans la mesure du possible éviter des souffrances inutile, pourquoi ne pas le faire ? Cela ne peut que nous rendre meilleurs non ?

ALORS LES CHRÉTIENS, VEGANS OU PAS ?

Si l’affirmation de la domination des hommes sur la création est difficilement contestable elle vient également avec un certains nombre de devoirs. Notre domination doit être un service et pas une simple exploitation.


Alors, est-ce qu’un chrétien devrait-être vegan ? Peut-être. Qu’en pensez-vous ? Si l’on ajoute en plus que cela contribue à réduire significativement notre impact sur l’environnement c’est un point compte double non ?


Ici à Mauvaises Fois nous plaidons coupables : les animaux sont souvent absents de nos réflexions théologiques et de nos efforts éthiques pour vivre une vie plus juste. Force est de constater que ce constat est très certainement à généraliser a une bonne partie du monde chrétien. C’est un angle mort de notre théologie chrétienne et aujourd’hui grâce aux vegans nous avons potentiellement découvert de nouveau chemin à travailler pour devenir meilleurs. Si c’est votre cas aussi, la prochaine fois que vous croisez un vegan glissez-lui un petit merci, ça fait toujours plaisir!

185 vues0 commentaire